A toi, à mots !

« Il n’y a plus d’eau ! » s’exclama Mimi en revenant du puits. 

Le chef du village décida…

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

« A toi, à mots ! »  est un jeu dont le principe consiste à poursuivre un texte à tour de rôle et en respectant des contraintes propres à chaque partie.

Les règles du jeu, ici, sont les suivantes :

  1. Chacun propose une phrase (pas plus !) qui suit le dernier commentaire* en ligne,
  2. sans utiliser la lettre « o »,
  3. et en faisant ressortir au moins une fois le son « o » ! (comme dans ma 1ère phrase)

ATTENTION, pour l’intérêt du jeu :

Gardez en tête le fil de l’histoire que l’on se raconte !

  • Il n’est pas autorisé de faire deux propositions de suite.
  • Les propositions qui ne me sembleraient pas répondre à ces  règles seront écartées.
  • N’hésitez pas à rejouer plus tard et tenter de placer vos idées aussi nombreuses soient-elles, dans la tournure nouvelle que prend ce texte, au fil des suggestions.
(*) ALLEZ TOUT EN BAS ! … l’histoire se lit au fil des commentaires de haut en bas !
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Et qui sait, peut-être une histoire, drôle, émouvante, saugrenue émergera  !

NB : tout commentaire autre qu’une proposition au jeu sera supprimé pour ne pas rompre avec la continuité de  l’histoire.
Publicités

85 commentaires pour A toi, à mots !

  1. Gwenaëlle dit :

    Le chef du village décida de réunir les sages aux premières lueurs de l’aube.

    J'aime

  2. Smoreau dit :

    Mais elle tardait à venir, la pauvre nuit refusait de partir.

    J'aime

  3. veronique dit :

    De plus, ce qu’il ne savait pas, c’est qu’ils étaient partis chasser le perdreau.

    J'aime

  4. « Hein, la nuit ? … tu es sûre, Mimi ? … me v’là beau ! »

    J'aime

  5. Gwenaëlle dit :

    Je m’en vais quérir le grand sage auprès de l’arbre à palabres !

    J'aime

  6. Et il s’en alla au petit matin sur le chemin de sa quête avec sa canne et un chapeau.

    J'aime

  7. veronique dit :

    il ne s’attendait pas a ce que ce périple fut aussi dur et semé d’embuche

    J'aime

  8. Gwenaëlle dit :

    Marcher sans eau avec cet astre si chaud sur les épaules, suer sang et eau sur cette piste sinueuse, suivis par les animaux hagards espérant dans sa quête…

    J'aime

  9. Smoreau dit :

    Ses chaussures s’usaient, sa langue s’asséchait, ses épaules s’affaissaient. Mais sa tenacité…

    J'aime

  10. Mais sa ténacité ne le lâchait pas, chaque pas se faisait de plus en plus pesant, il pensa à mille reprises flancher dans ce désert sec quand devant lui apparût…un château !

    J'aime

  11. veronique dit :

    Il se demanda si cela était réel quand il aperçut le ruisseau qui scindait ce beau château.

    J'aime

  12. Gwenaëlle dit :

    Mirage ! Je suis victime d’un mirage ! Épuisé, il interpella le ciel ‘Et là-haut, à l’aide, de la pluie, pas de château en Espagne ! ‘ et il flancha..

    J'aime

    • Stéphanie dit :

      Le chef du beau village, désabusé par ce mirage décida de faire marche arrière. Les sages ne nécessitent pas de tels sacrifices.

      J'aime

  13. veronique dit :

    Revenus de la chasse aux perdreaux ,les sages décident d’echaffauder le puit afin d’y descendre

    J'aime

  14. Gwenaëlle dit :

    Les sages creusèrent, creusèrent, creusèrent… creusaient sans relâche, quand ils se heurtèrent à la quille d’un bateau.

    J'aime

  15. « HISSEZ HAUUUT ! chanta Mimi, SANTIAAAA…
    – Chuuut ! l’arrêta le chef du chantier en bas, scrutant la terre… J’entends la mer ! »

    J'aime

  16. Anaïs dit :

    Un autre tendit sa feuille : « tu divagues, je dirais des taupes à la rigueur ! »

    J'aime

  17. Gwenaëlle dit :

    ‘Des taupes sur un bateau ? Ça j’ n’en ai jamais vu …!’ murmura Mimi.

    J'aime

  18. Antonio dit :

    « Arrêtez de causer les enfants… et creusez,! » clame un autre sage en haut du puits, un câble à la main.

    J'aime

  19. Anaïs dit :

    Quand le bateau fut hissé enfin, Mimi remarqua sur le mât un ciré jaune.

    J'aime

  20. Subrepticement elle glissa sa main à l’intérieur quand elle en tira deux belles émeraudes.

    J'aime

  21. Gwenaëlle dit :

    Mimi les serra précieusement au creux de sa main gauche et s’enquit de chercher âme qui vive sur ce bateau.

    J'aime

  22. Aucun ne la vit se faufiler dans la cabine du capitaine.

    J'aime

  23. Pascal dit :

    Le capitaine Bautiran l’attendait impatiemment, il l’a serra tendrement dans ses bras. C’est à cet instant que la mer s’agita

    J'aime

  24. Antonio dit :

    « Qu’est-ce que je disais, nigauds ! … la mer ! … regardez ces vagues ! … sauve qui peut ! »

    J'aime

  25. Anaïs dit :

    Les vagues se firent de plus en plus hautes, le bateau naviguait déjà à vau l’eau.

    J'aime

  26. Gwenaëlle dit :

    ‘N’aies pas peur’ dit le capitaine à Mimi ‘les vagues, je les maîtrise, tiens bien la barre avec tes deux paumes et … sus à la quête de l’eau !’

    J'aime

  27. Mais Mimi ne put s’empêcher de pleurer à chaudes larmes, ce tsunami venu de terre avait submergé le village et ses amis.., maintenant il avançait sur le désert.

    J'aime

  28. Pascal dit :

    Un désert à perte d’infini, un immense bac à sable dans lequel il n’était pas prudent de s’amuser en chemin à perdre sa vie. C’est là que naissent les mirages, pensa-t-il, quand…

    J'aime

  29. Quand un à un, le petit Augustin en tête, les habitants du village embarquaient sur le bateau, trempés de la tête au pied. Ils s’étaient agrippé les uns derrière les autres, au câble qui avait hissé le vaisseau.

    J'aime

  30. Gwenaëlle dit :

    Mimi ébaucha une grimace heureuse, elle s’ébaudit, les sages, ses amis, sa famille.. le chef du village grimpaient sur le bateau, salués par les dauphins qui sautaient au milieu des vagues.

    J'aime

  31. Antonio dit :

    La mer s’étendait à perte de vue, un banc de maquereaux se laissa prendre au filet du capitaine. « Allez chercher la grande chaudière, il y en aura plus qu’il n’en faut ! »

    J'aime

  32. Anaïs dit :

    Le festin fut à la hauteur des appétits, il dépassa même leurs espérances quand le capitaine dénicha dans la cale un vieux vin de Beaune.

    J'aime

  33. « C’est bien beau de dîner dans cette fausse ambiance de tranquillité, s’alarma le père du petit Augustin, une arête entre les dents, il n’empêche que l’eau a avalé la terre avec sa faune. »

    J'aime

  34. Gwenaëlle dit :

    ‘Il ne savait pas qu’une fameuse arche les avait repêchés.. du crapaud à l’éléphanteau, sains et saufs, pas un ne manquait !’

    J'aime

  35. Antonio dit :

    C’était l’arche de Claude, elle ressemblait à un gigantesque radeau de la méduse, identique au tableau, multiplié par mille.

    J'aime

  36. Smoreau dit :

    Neni, pas l’arche de Claude, l’arche de Maud ! Il y avait même des petits animaux avec de hautes pattes et de petits…

    J'aime

  37. Anaïs dit :

    … anneaux ? De petits anneaux juste là, entre leurs naseaux. Si !

    J'aime

  38. Antonio dit :

    Des pattes de girafe avec une tête de Taureau ? Mais c’est plus le radeau de la méduse ce tableau… c’est Guernica !

    J'aime

  39. Gwenaëlle dit :

    C’est juste l’arche de Maud, qui a récupéré les êtres vivants en détresse sans différence aucune entre les beaux, les vilains, les biens nés et les autres.. et qui tangue au fil des vagues vers un Inimaginable destin, et de plausibles cham-autruches !

    J'aime

  40. Antonio dit :

    « Là ! … là ! s’écrie Mimi, un requin-marteau ! » Le capitaine jauge la bête et l’estime à six mètres à l’aune du bateau. « Whaa ! »

    J'aime

  41. Anaïs dit :

    Cela me rappelle un vers de Baudelaire, dit le capitaine, ça parlait de beauté et de cruauté.

    J'aime

  42. le café de la page blanche dit :

    Un des sages au crâne chauve, se gratta la tête et dit : « Ah, Baudelaire ! … né à Paris, rue Hautefeuille, de sa mère, née Archimbaut-Dufays et de ce père éteint à l’âge de six ans, qui lui vaudra un beau-père, Jacques Aupick, un de ces généraux qu’il exècre…

    J'aime

  43. Antonio dit :

    « Merci grand sage Wiki, reprit le père du petit Augustin, la fleur des maux, ah ah ! gaussa-t-il, l’instant se prête au culturel, quelqu’un aurait-il un vers à suggérer pendant que le bateau se vautre sur cette eau tranquille ? »

    J'aime

  44. Gwenaëlle dit :

    ‘Sur le quai Mirabeau, Isabeau la maudite pleure. Mais à qui la faute ? Au beau Thibault du hameau attenant qui a pris le large aux premières lueurs de l’aube…’

    J'aime

  45. Antonio dit :

    « C’est beau ! », s’exclama Mimi applaudissant à pleines paumes.

    J'aime

  46. Gwenaëlle dit :

    ‘Thibault rêvait d’aventures autrement qu’au travers les yeux vert émeraude, les épaules gracieuses et le teint d’aubépine de la belle Isabeau…’ minaudait Margaux

    J'aime

  47. Antonio dit :

    « Le niveau de la mer hausse, s’inquiéta le capitaine devant ses instruments de mesure ».

    J'aime

  48. Gwenaëlle dit :

    ‘Marée haute, marée basse… c’est la faute à la lune’ avança Arnaud le faussaire

    J'aime

  49. Antonio dit :

    Une averse surprit l’équipage, des seaux d’eau se déversaient sur eux, Mimi se rappela le ciré jaune qu’elle enfila avant de chercher à s’abriter : « Faites une place dans ce taudis ! »

    J'aime

  50. Anaïs dit :

    C’est l’heure du jugement dernier, maugréait le père d’Augustin agrippé à des barreaux !

    J'aime

  51. Antonio dit :

    La pluie augmentait et le bateau se remplissait au fil de l’eau, quand le capitaine alla chercher des seaux.

    J'aime

  52. Gwenaëlle dit :

    Des p’tits crapauds sautaient au cerceau dans les mares d’eau…

    J'aime

  53. Antonio dit :

    « Ca sent mauvais, balbutia Arnaud le faussaire. Ca me rappelle une virée au large de La Baule ! »

    J'aime

  54. Gwenaëlle dit :

    ‘C’est pas l’heure de la pause ! Tu causeras de tes aventures plus tard ! Chasse à l’eau, attrapez les seaux et videz le bateau !’ hurla le capitaine

    J'aime

  55. Seulement Thibaut, le frère jumeau d’Arnaud se lavait les mains devant tant d’austérité : « qu’est-ce qu’il est caustique le chef ! »

    J'aime

  56. Anaïs dit :

    Petit vaurien, va ! murmura le capitaine dans sa barbe.

    J'aime

  57. Antonio dit :

    Les esprits n’en finissaient pas de s’échauffer…

    J'aime

  58. « Salaud, va ! lâcha Thibaut, gare à ta peau ! »

    J'aime

  59. Gwenaëlle dit :

    « C’est pas tes muscles de guimauve qui m’effraient, viens te chauffer à mes pinceaux » lança le capitaine furieux. 
    …Le niveau de l’eau, lui, haussait sans cesse.

    J'aime

  60. Antonio dit :

    Thibaut haussa les épaules et saisit un seau vide en jurant que plus jamais il n’aurait à être embauché à de tels travaux.

    J'aime

  61. Lisa dit :

    Le capitaine, d’humeur un peu maussade, décida de faire une pause.

    J'aime

  62. Antonio dit :

    Il ne faut pas manquer d’audace, dites, lâcha Thibaut, sur le cul !

    J'aime

  63. Gwenaëlle dit :

    Une lueur mauve déchira le ciel, un rai de lumière transperça les épais nuages, une idée saugrenue lui traversa l’esprit…

    J'aime

  64. Antonio dit :

    Et si un dieu enfin apparaissait derrière ce rideau, la fin des temps ne saurait être galvaudée.

    J'aime

  65. Ni dieu, ni maître, pas de répit venant du ciel, une ultime rafale raya littéralement de la carte navale le pauvre bateau, brisé, laissant ses naufragés se livrer à eux-mêmes sur des misérables planches.

    Sera-ce la fin du récit ? … Qui sauvera Mimi et les siens des eaux ?

    J'aime

  66. Gwenaëlle dit :

    Mimi se réveilla en sursaut, quel terrible cauchemar !! Elle était trempée de sueur, à penser qu’elle s’extirpait de l’eau, exsangue…

    J'aime

  67. Antonio dit :

    Elle se rua à l’aube vers le puits, hissa un seau, il était vide. « Il n’y a plus d’eau », s’exclama-t-elle les larmes aux yeux quand derrière elle, une main lui saisit l’épaule….

    J'aime

  68. Sabine dit :

    « -Je suis la fée aux rêves…’ Que t’arrive-t-il?

    J'aime

  69. Mimi sursauta, vira la tête jusqu’en arrière, apercevant la créature divine… »mais… … serais-je passée dans l’au-delà ? »

    J'aime

  70. Sabine dit :

    Nenni. Que fais-tu avec ce seau vide?

    J'aime

  71. Sabine dit :

    -Je sais, dit la fée aux rêves, mais regarde dans le seau: deux émeraudes à la place de l’eau!

    J'aime

  72. DUMOUCHEL dit :

    Ben que vais je en faire… c’est navrant papa avait dit de l’eau….

    J'aime

  73. « Cela ne te rappelle rien ? … deux émeraudes dans un ciré jaune. » insista la fée.

    J'aime

  74. dumouchel dit :

    Il est vrai qu`en y reflechissant bien,,,,papa m avait dit ,,,,
    zut qui peut m`aider maman va surement s en rappeler
    il faut vite rentrer a la cabane

    J'aime

  75. Vide, la cabane, le village… ils avaient disparu, papa, maman et les autres… Seule la fée aux rêves la suivait au train.

    J'aime

  76. Sabine dit :

    Nini en lâcha le seau et les émeraudes s’échapèrent si vite et si haut dans le ciel qu’elle ne put les ratrapper.

    J'aime

  77. Antonio dit :

    Regarde, l’interpella la fée, l’éclat des minéraux chauffant à la lumière ! … Que c’est beau s’émerveilla Mimi !

    J'aime

  78. Sabine dit :

    Mais maintenant que je suis seule et démunie, il faut que je me rende au village afin de m’entretenir avec le chef.

    J'aime

  79. Gwenaëlle dit :

    Le village est vide Mimi dit la fée.. Regarde le bel arc en ciel de tes émeraudes , chevauche le et prends de la hauteur… le jaune t’éclairera, le vert préservera l’espérance, le mauve te guidera vers les tiens, le bleu se fera eau si tu l ‘aides à récupérer les nuances manquantes…

    J'aime

  80. Mimi sauta et attrapa le haut de l’arc-en-ciel qui se plia l’aidant ainsi à prendre place quand instantanément…

    J'aime

  81. Gwenaëlle dit :

    … une idée lui sauta à l’esprit afin de récupérer les teintes disparues …

    J'aime

  82. Antonio dit :

    Mais c’est bien sûr ! … les cristaux de sel marin, leurs prismes ! … vite ! …

    J'aime

Ce que ça vous inspire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s