Buller au Grand Palais…

Quelle impression on vous fait, là haut ?

Hopper au Grand Palais...L’autre jour, je bullais au Grand Palais, plus précisément à son pied, dans la file d’attente qui nous menait, ma sœur et moi, à l’exposition très courue de Hopper. « Joyeux Noël frangin ! Merci Sister ! »
Mais rien ne servait de courir pour qui n’arrivait billet en poing, merveilleux sésame que nous détenions en menottes et qui allait nous libérer de l’insoutenable attente promise dans l’interminable file d’à côté où on pouvait lire sur un écriteau l’inscription flippante :

« A partir de ce point, il y a 4h d’attente ».

Certes, notre file avançait un peu plus vite que sa voisine, clouée dans son lit d’inhospitalité avec de l’espoir en perfusion, cependant il nous faudra près de trente minutes pour passer le pas de la grande porte d’entrée.
Trente minutes durant lesquelles tous les regards étaient rivés au perron, immobiles, silencieux, attendant qu’il se passe quelque chose, un signe, un mouvement, une bonne nouvelle. Le tableau était frappant. Des lignes droites de files, des lignes perpendiculaires d’une pluie fine, un sac bleu turquoise, un parapluie vert bouteille, un rond rouge au pied d’un clarinettiste qui agrémentait l’attente d’une agréable musique.

Comme la sensation étrange de faire partie… de l’expo.

Quand deux regards curieux ou avisés nous scrutaient d’en haut, allant chacun de son commentaire sur l’étrange tableau que nous leur présentions.
Mais quelle impression on peut bien vous faire ?

Je suis sûr que vous avez une petite idée !

Remplissez ces bulles avec ce qui vous vient à l’esprit.

Rassurez-vous, vous avez tout votre temps !

Publicités
Cet article, publié dans Buller..., Ecrire, Jeux d'écriture, Prétexte, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Buller au Grand Palais…

  1. Pendant ce temps, à l’intérieur, des protagonistes s’interrogent sur ce qui les attend…

    Remplissez la ou les bulles qui vous inspirent, indépendamment, sur l’un ou l’autre tableau, à l’extérieur ou à l’intérieur.

    J'aime

  2. Phédrienne dit :

    Les statues
    1ère statue
    – Ben dis donc, qu’est-ce qu’on s’ennuie, sont pas très funs à regarder ces mangeurs de peinture !
    2ème statue
    – Ben tu t’attendais à quoi, c’est pas la nouvelle star ici !

    Les personnages du tableau
    Au comptoir de dos en off : y m’énerve y m’énerve, il a le même chapeau que moi !

    L’homme du couple : « Dans la préface à la seconde édition de la critique de la raison pure, Emmanuel Kant a écrit en gros et avec justesse, que si après toutes sortes de dispositions et de préparatifs, on tombe dans des difficultés nouvelles au moment où l’on croit toucher le but, ou si pour l’atteindre, on est souvent forcé de revenir sur ses pas et de prendre une autre route, on est loin d’être entré dans la voie de la science, mais dans un simple tâtonnement qui doit néanmoins être poursuivi. En d’autres termes, ça vous dit de dîner avec moi ?

    La femme : Vous fatiguez pas, je déteste les intellos !

    Le barman : Dites, Kant, c’est pas le gugusse qui a touché le gros lot la semaine dernière ? L’avait un nom comme ça !

    J'aime

  3. Antonio dit :

    Le ton est donné. Merci Phédrienne 🙂

    1ère statue : dis, tu crois qu’ils attendent quoi ces personnages ?
    2ème statue : je sais pas, la soupe populaire, non ?

    Pendant ce temps là à l’intérieur, on s’impatiente.
    L’homme de face : Ca ferme à quelle heure ce soir ?
    Le barman : 23h… comme hier !
    La femme : Bon ben, j’crois que je vais reprendre un Bloody Mary.
    L’homme de dos : J’en ai plein le dos de faire de la figuration. Je peux plus voir ce bar en peinture !

    J'aime

  4. Gwenaëlle dit :

    La grâce : j’préfère être assise là au milieu des nuages que faire le pied de grue dans ces conditions. Pas un ne parle..! Heureusement qu’il y a ce musicien. Tu entends ces petites notes rondes qui montent jusqu’à nous ?
    L’angelot : C ‘est vrai cette petite douche en musique près de toi ma douce, quelle merveille !

    Au bar, l’homme du couple : t’es prête pour le grand show, Pétunia ? Trois mois et demi non stop à faire les beaux devant ces visiteurs avides de nous découvrir..
    Pétunia : Oh yes it’s wonderful ! I’m so excited ! I love frenchies !
    Barman : Un p’tit scotch ou un thé glacé pour faire bonne figure ?

    L’homme de dos : J’me joindrai bien à eux pour discuter et profiter de l’exposition..

    J'aime

  5. cina dit :

    femme de la statue: Tiens regarde là dans la file des « prévoyants qu’ ont leur billet » le mec à côté de la fille au béret noir, c’est pas le créateur du « café de la page blanche »?
    l’homme: Quoi? Celui qui fait « buller » les statues? Trop dingue ce mec! La fille avec lui, elle est pas mal!
    femme: Dis-donc vieux schnock, tu t’es vu? C’est sûrement sa soeur, ils ont un air de famille..Tiens, il nous prend en photo, arrête de faire la tête, souris!

    J'aime

  6. Sabine dit :

    La statue Elle en criant:
    -Lâchez-moi, je veux sauter!
    La statue Lui, en pensée:
    – Tu parles, elle est à poil, y’aura rien à récupérer quand elle sera caldée.

    Le couple:
    -Il y a du boucan, là-haut.
    -Oui, ça gueulle.
    Le barman:
    -Encore un suicidaire, comme d’hab.
    Le client penseur:
    -Elle a qu’à sauter, la connasse, je me barre quand-même avec sa soeur.

    J'aime

Ce que ça vous inspire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s