Question de vie et de mort !

Mathilde se remarie !                                 Épisode 7  / 15

Revenir à l’épisode précédent >>
Mathilde, 29 ans, mariée, fidèle, rêve toujours de prince charmant, de robe de princesse, nostalgique du plus beau jour de sa vie, dix ans déjà !
Sandrine, meilleure amie de Mathilde, 33 ans, l’âge du Christ, mais rien à foutre, pas croyante, le mariage, très peu pour elle, célibataire, hédoniste de nature, aime faire la fête, danser, boire un p’tit coup, ou deux, et transgresser les codes dès qu’elle peut.
Catherine, Cathy pour les intimes, collègue de Mathilde, 38 ans et toujours célibataire, à fond sur Meetic, rêve de mariage en grand avec une robe blanche, elle y croit !
Lætitia, chef de Mathilde, 45 ans, divorcée, deux enfants, terminé pour elle les mecs qui ne s’assument pas et jouer leur mère au foyer, elle veut voyager et s’éclater, profiter de la vie, quoi !
Joëlle, mère de Mathilde, 57 ans, veuve depuis cinq ans, elle a fait son deuil, mais les hommes, le mariage, c’est de l’histoire ancienne.

Trois heures plus tard, à la Bodega.

Sandrine sort le téléphone portable de son sac quand un message l’interpelle.

— Je rêve !
— Quoi ? s’inquiète Cathy, voyant la tête de sa copine.
—  Un sms de Mathilde.
— Ah, et qu’est-ce qu’elle dit ?
— Juste « HELP ».
— Help, comme au secours ?
— Oui, comme au secours. C’est un code entre nous pour rappliquer quand l’une a un coup de déprime. Elle l’a envoyé à 22h30.
— Tu crois qu’elle déprime ?
— Ça m’en a tout l’air. Et c’est moi qu’elle appelle. C’est génial, ça, Cathy !

— Elle va te reprendre sur Facebook, alors !

Sandrine ne l’écoute déjà plus, elle consulte sa montre et se lève d’un bond.

— Putain, il est déjà 23 heures !
— Qu’est-ce qu’on fait ?
— Toi, je n’sais pas, mais moi j’y vais.

Sandrine pose son verre après l’avoir vidé cul-sec et prend ses affaires pour décoller illico. Cathy, elle, cherche désespérément son sac pour la suivre.

— Mais attends-moi !

Voilà les deux copines bientôt au pied de l’immeuble de Mathilde. Cette dernière n’a pas répondu à leurs appels durant le trajet en taxi, ce qui rend Sandrine très nerveuse.

— Putain, réponds !

Dix coups de sonnette à l’interphone auront été nécessaires pour entendre enfin un clic libérateur de la porte d’entrée mais sans le moindre son de voix. Au deuxième étage, Sandrine frappe à la porte. Elle est entrouverte. Elle n’a qu’à la pousser. Cathy suit comme elle peut, essoufflée, tant sa compère a avalé les escaliers comme sa Margarita.

— Mais attends-moi, Sandrine !

Cathy entre enfin et rejoint Sandrine, figée à la porte du salon. Le spectacle est apocalyptique.

Mathilde est assise sur une chaise, en robe de mariée, une bouteille et un flingue à la main. Le corps de Paul, torse nu et les fesses à l’air, gît par terre dans une flaque de sang.

Cathy passe la tête et suffoque un « Jésus Marie Joseph ! » avant de se retourner, prise de nausées. Sandrine, pas moins estomaquée, s’avance vers sa meilleure amie.

— Mathilde, mon poussin, qu’est-ce qu’il s’est passé ?

La mariée pointe l’arme vers son amie d’un geste brusque avec une grimace de désespoir autant que d’énervement :

— M’appelle pas poussiiiiin !

Pan ! Le coup part. Cathy pousse un hurlement. Sandrine ne bouge plus, raide morte… mais de peur.

— C’est bon, je n’ai rien, Cathy. Calme-toi !
— Mais… Mais t’aurais pu la tuer, Mathilde ! Pose ce pistolet ! Pose ce pistolet !
— Cesse de hurler, Cathy, tu vas alerter tout l’immeuble. Comme si le coup de revolver ne suffisait pas.

Sandrine tente de raisonner son amie en pleine crise.

— Mathilde, pose cette arme s’il te plaît. Les flics vont débarquer avec tout ce raffut.

Mathilde s’exécute et lâche l’arme qui tombe à ses pieds, sur le tapis.

— C’est parti tout seul. Pardon… Oh, pardon !

Sandrine retrouve ses esprits et saisit la pièce à conviction qui a bien failli avoir raison d’elle, la balle s’étant logée dans le mur derrière elle.

— Putain, Mathilde, qu’est-ce qu’il s’est passé ?
— C’est parti tout seul ! C’est parti tout seul !

Sandrine lui retire également des mains la bouteille de whisky.

— Donne-moi ça ! Depuis quand tu bois ? Calme-toi et raconte-moi ce qu’il s’est passé.
— Je veux oublier ce cauchemar. Je veux me réveiller et que tout ça ne soit pas arrivé.

Cathy, une main sur le ventre, les yeux sur le cadavre, manque de s’évanouir. Elle s’assied sur une chaise.

— Tu… C’est toi qui… Mathilde… mais, il est mort ! 

Mathilde fond en larmes.

— J’voulais pas… hanc ! Oh ! C’est parti… hanc ! tout seul.
— Comment c’est arrivé ? demande sa meilleure amie qui la prend dans ses bras. Mais, bordel, tu le sors d’où ce flingue ? Et ta robe de mariée, c’est quoi ce cinéma ?
— Mais… hanc ! Il aurait pas dû …hic ! J’voulais pas, j’lui ai dit… hanc !
— Calme-toi… Tu ne voulais pas quoi ?
— Au début on jouait. C’est lui qui… hanc ! voulait que je la mette pour… hic ! une nouvelle nuit de noces. On avait un peu bu. Jusque là, ça allait, et puis il est arrivé avec ça.

Elle montre le pistolet que tient encore Sandrine.

— Il a commencé par m’attraper les cheveux… hanc ! et me dire des trucs que j’aimais pas. Il m’a projeté sur le tapis et s’est jeté sur moi, comme une bête. Je lui ai demandé d’arrêter… hic ! j’avais peur. Il m’a dit que c’était qu’un jeu, que ça l’excit… hanc !
— C’est monstrueux !
— Mais quel connard !

Sandrine lui tend un mouchoir, jetant un œil sur le cadavre, des fois qu’elle pourrait l’achever d’une manière ou d’une autre. Mathilde se mouche et essuie ses larmes.

— Oh! Sandrine, il est devenu brutal. J’avais trop mal, je voulais que ça s’arrête. Je l’ai supplié. Et quand j’ai vu le pistolet posé par terre, j’ai pas réfléchi. Je voulais que ça s’arrête, c’est tout. Je l’ai pris juste pour le menacer avec, en espérant qu’il arrêterait. Mais le coup est parti tout seul, j’te jure !
— Je te crois. C’est pas de ta faute.

Sandrine la serre dans ses bras. Mathilde est inconsolable.

— Je voulais que ça s’arrête, il me faisait tellement mal. Je voulais pas… Mais il insistait, il était comme fou, je savais plus quoi faire. Le coup est parti tout seul. Puis il s’est écroulé par terre, sans plus bouger. C’était horrible, il saignait de la tête… Je savais plus quoi faire.
— Oui ! Chuuu… Calme-toi… On va s’en sortir… chuuu… »

Cathy, elle, est en panique. Elle se lève et s’agite dans tous les sens.

— Seigneur Jésus ! … Il faut appeler la police ! 

Mathilde s’agrippe au cou de Sandrine.

— Je ne veux pas aller en prison ! Je ne veux pas aller en prison !
— Mais c’est de la légitime défense, Mathilde, lui répond Cathy. On va leur expliquer.
— Tu veux leur expliquer quoi ? la reprend Sandrine. Il a pris une balle dans le ciboulot. Non, Cathy, c’est grave, là ! … Réfléchissons !

Soudain on sonne. Sandrine se rend à la porte après avoir bien fermé celle du salon. Une voisine la menace d’appeler la police si elle n’arrête pas ce tintamarre depuis deux heures. Il est presque minuit maintenant. Sandrine tente d’expliquer le raffut par le son Dolby Stéréo de son nouveau « Home Cinéma ». Elle regardait un film d’actions entre copines.

— C’est bluffant comme on dirait que ça se passe dans l’appartement.
— Et bien, merci de mettre votre dolby en sourdine, on voudrait dormir. On bosse demain.
— Ne vous inquiétez pas, madame, le film vient juste de se terminer. Clint Eastwood les a tous butés. Vous avez vu Impitoyable  ? Je vous le conseille mais c’est un peu violent.
— Et bruyant !
— Désolé, vraiment, pour le dérangement. Au revoir ! … Bonne nuit !

De retour dans le salon, la tête sur les épaules et les idées claires, Sandrine a décidé.

— On ne va rien dire à la police. Cathy, si tu veux, tu peux encore partir. Personne ne t’a vue. Mais si tu restes, motus et bouche cousue.
— Mais… On va toutes les trois aller en prison !
— Décide-toi et vite !

— Mais il faut tout nettoyer sinon on risque de retrouver son ADN.

— Cathy, elle habite ici !!! Calme-toi ! Va plutôt me chercher tout ce que tu trouves, serpillères, seaux, produits nettoyants, draps.

Une heure plus tard. Cathy, en sueur, pose la question qui tue.

— On va faire quoi de Paul ? … On ne va jamais réussir à le porter dans cette couverture.
— Je réfléchis, dit Sandrine, préoccupée.
— On ne va pas le couper en morceaux comme dans Le père Noël est une ordure ?
— Tais-toi, au lieu de dire des bêtises. Laisse-moi réfléchir !
— Dans Volver, Penelope Cruz elle le met dans un congélateur, intervient alors Mathilde, de sa petite voix.
— Exact ! Et ça a marché, ajoute Cathy. T’as un congélateur, ici ?
— Oui, mais il est trop petit.
— Par pitié, taisez-vous, si c’est pour dire des inepties pareilles !

Dix minutes plus tard, Sandrine brise enfin un silence de plomb.

— On va appeler Lætitia. Elle a un 4×4. Elle saura nous tirer de là.
— Mais tu crois qu’elle sera d’accord ?
— Elle n’aura pas le choix !

Sandrine la joint aussitôt sur son portable.

— Allo, Lætitia ? … Je sais il est tard. On est chez Mathilde. On est dans une merde grave. On a besoin de toi et de ton 4×4…. Oui… Je ne peux pas te dire…

C’est une question de vie… (les yeux sur le cadavre) et de mort !


Cliquez ici pour lire l’épisode suivant >>

Publicités
Cet article, publié dans Ecrire, Mathilde se remarie !, Prétexte, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Question de vie et de mort !

  1. thiebaultdesaintamand dit :

    Excellent!!! j’adore le silence de plomb… 😉

    J'aime

  2. Tételle dit :

    Whouuu! Le virage à 180°!!!

    J'aime

Ce que ça vous inspire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s